martedì 9 maggio 2017

Ve(s)tige-Ve(r)tige: Enki Bilal alla Biennale di Venezia!

afn:
Ve(s)tige-Ve(r)tige: Enki Bilal alla Biennale di Venezia!

Per giunta è la seconda volta che il famoso fumettista scende a Venezia. Stavolta, in occasione della 57a edizione, la sua installazione verrà aperta l’11 maggio 2017, per restarvi fino al 31 luglio (la Biennale, invece, è aperta dal 13 maggio al 26 novembre), ospitata nel Museo Archelogico di Venezia, in piazza San Marco.

Ecco l’annuncio ufficiale di Artcurial che promuove l’iniziativa Ve(s)tige/Ve(r)tige:


À travers cette installation, Enki Bilal propose an visiteur une expérience qui mêle transparence, réflexion et vibrations sonores. C’est une cartographie du vertige, matérialisée dans un imposant rectangle de plexiglas : les objets exposés — pierre lithographique, estampes — témoignages originels de son propre travail, ressemblent à des découvertes archéologiques. 

L’artiste s’appuie sur les vestiges de l’Histoire afin de créer un espace relationnel où les énergies du passé et du présent se rejoignent. Le tapis au cœur de ce dispositif, avec ses connexions narratives et ses figures symboliques, entraîne le spectateur vers une architecture déconcertante qui renvoie à ses œuvres les plus récentes, déstabilise le regard grâce aux reliefs d’un miroir et se focalise sur la magie de l’instant présent.

Enki Bilal, à l’image d’un nombre très restreint de dessinateurs du neuvième art, est parvenu à hisser ce médium à un niveau exceptionnel. Depuis les années 80, il n’a cessé d’expérimenter, de se remettre en question, poursuivant inlassablement son approche sensorielle du dessin. La Foire aux Immortels. Partie de chasse ou La Femme piège rappellent l’extrême rigueur de sa démarche esthétique. Son travail sur Roméo et Juliette, chorégraphié par Angelin Preljocaj, la série de toiles réalisées pour Rouge Sang et son œuvre cinématographique illustrent parfaitement son désir d’ouvrir de nouvelles perspectives.

Son installation Inbox, à la Fondation Giorgio Cini, durant la 56e Biennale d’art contemporain de Venise (2015), puis son exposition Enki Bilal Inbox – Hybridization [in love] au Chanel Nexus Hall à Tokyo (2016) lui ont donné l’occasion de poursuivre son travail sur la mémoire visuelle et sur les éléments, de mettre en avant un univers très expressionniste, à l’écoute du monde, mais toujours attaché à un héritage culturel profondément européen. En 2016, il conçoit les décors et les costumes de La Bohême, de Giacomo Puccini, dans le cadre du festival « Opéra en plein air ». En 2017, il participe à l’exposition « Shoah et bande dessinée », au Mémorial de la Shoah, à Paris.

Sa collaboration avec Artcurial, dont nous célébrons le dixième anniversaire, répondait à une envie de rencontrer un nouveau public, qui considère à juste titre qu’Enki Bilal est non seulement un des plus grands auteurs de bande dessinée, mais aussi un artiste contemporain. En 2007, la première vente aux enchères exclusivement consacrée à son travail, 32 œuvres originales, fut un immense succès. Cette réussite se confirma au fil des saisons avec les ventes Enki Bilal Animal’z en 2009 (les 350 dessins originaux de l’album), Oxymore en 2013 (15 peintures), From Paris to Hong Kong en 2015 (17 œuvres originales vendues à Hong Kong avec à la clé un nouveau record mondial pour une œuvre de l’artiste vendue aux enchères, une planche de La Femme piège qui obtint 361.000 € frais compris).

Enki Bilal est un artiste intuitif et un observateur attentif qui regarde, avec une légère distance, les ruptures et les confluences de notre époque. Sans doute cette réserve est-elle indispensable à sa réflexion, construite autour d’images complexes, ambiguës, mais qui heurtent intelligemment l’ordre des choses en nous encourageant à nous interroger. 

En toute logique, sa vision du monde a très souvent une dimension historique, comme si cet enfant de Belgrade amoureux de la langue française n’avait cessé de retranscrire les conséquences des bouleversements et des fractures dont il a été le témoin. Pour lui, une œuvre est un miroir rythmé par des fragments du passé ou des empreintes existentielles, un fil conducteur qui propose un itinéraire à l’imaginaire du spectateur. Et quel que soit le support qu’il utilise pour s’exprimer, Enki Bilal a constamment besoin de retrouver une immersion émotionnelle, intégrant aussi bien des souvenirs personnels que des éléments de prospective.


 



from WordPress http://ift.tt/2qnn7u7
Vai su www.afnews.info per altre news!